Cumul, les marchands de doute !

Plus importante réforme du système politique, elle mérite le soutien de tous

Le non-cumul des mandats est la priorité du gouvernement. Cet engagement signera la volonté du Président à moderniser notre système politique.

Le tohu-bohu des parlementaires plus préoccupés de leurs pouvoirs locaux que du bien du pays livre un désolant spectacle. Il nous renvoie à l’ouvrage Les marchands de doute1qui montre à l’envi comment on peut élaborer très simplement une stratégie d’opposition à toute initiative vertueuse : il suffit de nier en bloc les preuves évidentes avancées par les hommes de bonne volonté, qui ont la naïveté de croire en leur vérité. Et ça marche !

Plus de trois millions de chômeurs. Et des parlementaires qui devraient représenter la République exemplaire montrent le parfait mauvais exemple, en ramassant sous leur unique personne des fonctions qui devraient être remplies par plusieurs ! « Faites ce que je dis, mais ne faites pas comme je fais ! »

Imaginons que les dirigeants de nos grandes entreprises passent les quatre cinquièmes de leur temps à s’occuper d’autre chose que de la bonne marche de leur société ? Que pensez-vous qu’il adviendrait ? Ils consacrent 80 heures par semaine à leur tâche. Et nos représentants, en charge de la plus haute fonction qui soit, le devenir de la nation, vaquent sans états d’âme à l’« inauguration des chrysanthèmes ». Les bordures de trottoir avant le déficit budgétaire !

De Gaulle affirme en son temps qu’il rêve d’« Un système dans lequel des hommes doués se consacreraient exclusivement aux affaires publiques »2 ! Et son ministre de l’information, Alain Peyrefitte, renchérit : « Le cumul du mandat de député ou de sénateur avec tout mandat local devrait être interdit. Choisi par une circonscription ou par des élus d’un département, le parlementaire représente la nation une et indivisible. Il est inconvenant qu’il profite de ce mandat, qui le fait juge et partie, pour exercer un mandat local avec un pouvoir nécessairement démesuré par rapport à ses collègues qui exercent un mandat local identique, mais n’exercent que celui-là. »3

Le cumul des mandats est le sommet de l’iceberg des dysfonctionnements de notre système politique. Quels résultats attendre d’hommes plus intéressés par leurs petites affaires communales, que par l’effort démesuré de comprendre comment notre monde évolue ?

Être parlementaire vaut contrat avec la nation pour en conduire à plein temps le destin vers le plus noble devenir. Abandonner un mandat exécutif ne devrait pas poser problème, puisqu’il s’agit d’un rajout non conventionnel. Et l’on apprend qu’en application de ce vertueux dessein, des dizaines de cumulards privilégieraient leur mandat local ! Quelle définition ces parlementaires donnent-ils donc à la notion d’intérêt général ?  Ne trouve-t-on pas là la suprême raison de revenir aux fondamentaux de l’esprit civique ?
Dieu des privilèges ! Combien d’indignités commet-on en ton nom ?

*Michel Le Net, au nom du Collectif de hauts dirigeants République exemplaire.
Site : republique-exemplaire.eu

1 Par N. Oreskes et E.M. Conway, Éditions Le Pommier.
2 En écoutant de Gaulle, Claude Guy, Grasset.
3 La France en désarroi, Éditions de Fallois

Une réflexion au sujet de « Cumul, les marchands de doute ! »

  1. Pour connaitre bon nombre de parlementaires de tous les bords politiques, je peux dire que, oui, certains s’ils avaient à choisir préfèreraient leur mandat local à leur mandat parlementaire. Ceci provient en grande partie du fait qu’ils subissent en tant que parlementaires les dictas et les pressions de leur groupe politique.
    Dans leurs communes ils sont plus libres, même s’ils ont une étiquette. D’où faut-il se poser la question : Les partis politiques ont-ils réellement une utilité… ? Pour moi la réponse est non !
    A titre indicatif, sur le non cumul des mandats notre conseil municipal m’avait suivi à l’unanimité pour voter un vœu qui demandait à Monsieur François Hollande Président de la République de proposer aux Français un Référendum sur le non cumul des mandats. Je ne crois pas avoir reçu de réponse ?
    Pour nous ce serait la seule façon de mettre la majorité des parlementaires au garde à vous.
    Tardy Gérard – Maire de Lorette –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>