Des Primaires déprimantes aux Primaires performantes

Michel Le Net
République exemplaire
___

Les Primaires existent, on les a rencontrées ! Sans du tout répondre à l’attente des démocrates dans le sang, pour lesquels la procédure de choix du Président ne doit pas être le résultat d’une alchimie propre aux Partis, reconnaissons l’initiative du PS, il  y a trois ans, à faire par cela « bouger les lignes ». Mais aujourd’hui, la machinerie mise en place par les formations ne semble guère être plus satisfaisante que celle qui a prévalu au drôle de choix devant lequel les électeurs se sont trouvés en 2012, où le vote s’est fait par opposition au candidat sortant, quelque soit son vis-à-vis.

Pour sortir de l’ornière où s’embourbent les Partis, une solution plus démocratique serait que ces formations proposent plusieurs candidats aux électeurs de France. Chacun d’eux aurait un même temps pour développer son plaidoyer : formation ; compétences ; expériences. Il serait bien que  les concurrents soient interrogés pour y répondre, plutôt que d’étaler  eux-mêmes leurs propres qualités supposées. Qu’ils expriment leurs principes de vie. Qu’ils prouvent leur fidélité à leurs engagements vertueux, par leurs attitudes lors de difficiles circonstances. Mais qu’ils évitent de s’engager sur des choix à venir. Trop de naïvetés à cet endroit ont ridiculisé les stupides paris sur l’après ! Nous partageons l’avis de Platon dans ses Lois : « Jamais aucun ne fait aucune loi ; les vicissitudes et les calamités de toute nature décident de nos législations. » Que leurs comportements individuels soient exemplaires, pour le moins. Combien de points de PIB a-t-on perdu à cause des excentricités des précédent et actuel impétrants !

Pour parfaire l’opération, et éviter que les noms avancés ne soient que les purs produits de la machine politicienne, les citoyens lucides pourraient avancer des profils qui ont montré, au cours du temps, leurs capacités à bien gouverner. Curieusement, ces tempéraments, reconnus dans l’hexagone comme à l’international, n’apparaissent jamais à ce titre, comme des brillants qui posent moins d’anxiété pour leurs propriétaires à demeurer cachés dans des coffres, plutôt qu’à resplendir en pleine lumière !

Enfin, il reste que cette procédure écarte des candidats possibles hors Partis. Statistiquement, il est certain qu’ailleurs, de bons postulants existent. Seulement, l’expérience montre qu’ils ne peuvent apparaître qu’en cas de dysfonctionnements graves de nos sociétés. Les Clémenceau, de Gaulle, Churchill ont été des perce-neige. La solution est-elle là ? La Constitution prévoit une telle ouverture, mais tombe elle-même dans le piège qu’elle dénonce, en exigeant cinq cents parrainages auprès d’élus que, par principe, ces hommes récusent… D’autres possibilités existent, mais elles sortent aujourd’hui du champ de lucidité des gouvernants.

Sur ces points, nous avons interrogé les hauts responsables des principaux Partis, préconisant cette ouverture des Primaires. J.-C. Cambadelis, Premier secrétaire du PS, rappelle que le Parti est à l’origine du processus en cours. Il serait heureux que les autres formations apportent leur propre valeur ajoutée à la démarche. Ainsi pourrions-nous passer des Primaires délirantes à des Primaires performantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>