Cumul ! Encore un effort Monsieur le Président, pour une République exemplaire

Rex- Communiqué – 01 – 31 07 2013

Ne boudons pas notre estime ! Louons la majorité d’avoir permis un saut mémorable vers une république plus exemplaire, en interdisant à terme cette incongruité civique qu’est l’actuel cumul des mandats.

Mais pourquoi s’arrêter là, alors qu’un dernier élan démocratique sur le sujet permettrait d’applaudir sans retenue l’adoption d’une saine réglementation ?

Il s’agirait de limiter ce qu’on appelle le cumul temporel, c’est-à-dire la possibilité de nos parlementaires de reconduire à l’infini les mandats que leur confère la République.

Toute fonction élective est aléatoire. Elle n’a pas les attributs d’une activité professionnelle. Quand on s’y consacre, il faut avoir conscience de ces principes. Elle se nourrit des vertus d’altruisme et de générosité pour le bien public qui sont éloignées des objectifs propres à l’intérêt personnel. Ce dernier est respectable, mais n’engage que soi, pas particulièrement la recherche de l’épanouissement d’autrui. Le service du bien commun doit être ouvert au plus grand nombre de ceux qui y aspirent. Il ne faut pas qu’il devienne la chasse gardée de ceux qui y accèdent. Nous sommes pêcheurs. Les turpitudes de la corruption guettent les puissants. Tout élu a quelque pouvoir. Le plus habile moyen de ne pas en abuser est d’appliquer le principe de probité passive. Empêcher tout homme, malgré lui, de succomber. Le non-cumul temporel en est un parfait exemple.

C’est pourquoi le progrès politique que l’on observe au sein des nations développées restreint, au fil des ans, la part du professionnalisme dans le statut des élus. Ainsi, avons-nous  récemment limité à deux le nombre de mandats du Président, à l’image des autres pays. L’Assemblée vient de voter la loi du non-cumul. Pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de cette logique républicaine en limitant aussi le cumul temporel ?

Peu d’États ont encore adopté une telle mesure, convenons-en. Bien que majoritairement les opinions publiques y soient favorables. Ainsi, les étasuniens approuvent la mesure à 75 % (Sondage Gallup, 2013). Estimant que si l’on réduit le nombre de mandats permis au Président, la mesure doit s’appliquer pour les mêmes raisons aux parlementaires. Des députés de la Chambre viennent à nouveau, ces derniers mois, de demander de limiter à trois le nombre des mandats de députés, et à deux celui des sénateurs. Mais il faut réunir deux-tiers de votes favorables,  les deux Chambres réunies, et trois-quarts des États (38 sur 50). On n’y est pas. Mais la voie est tracée… Pour nous, n’attendons plus. Donnons un nouvel élan à notre démocratie !

Alors, Monsieur le Président, encore un effort pour une République plus exemplaire !

* Le Collectif République exemplaire réunit de hauts dirigeants sans appartenance politique déclarée.

 

Une réflexion au sujet de « Cumul ! Encore un effort Monsieur le Président, pour une République exemplaire »

  1. Effectivement, pour un certain nombre d’élus, la politique et les élections, font partie de leur métier…. IL faut mettre un terme au cumul des mandats dans la limite d’un mandat renouvelé une seule fois… Il faut aller plus loin encore dans la république exemplaire et dire, que: lorsqu’un élu sera condamné, y compris avec une peine avec sursis, qu’il devrait perdre ses droits civiques pour un certain nombre d’années…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>